Fermeture de l'alerte

Le monastère Saint-Maur

Découvrez l'histoire du monastère Saint-Maur.

 

À la suite du désordre qui régnait à l’abbaye, la congrégation mauriste s’installe à Montmajour au XVIIème suite à la décision du roi Louis XIII. Pour elle, le renouveau spirituel et intellectuel s’accompagne d’un renouveau architectural. Elle décide alors d’abandonner la partie médiévale et fait édifier la partie Saint-Maur qui devient la construction la plus récente du site.

 

Son histoire 

L’édification d’un véritable palais abbatial débute en 1703. Il est relié à l’abbayemédiévale par un pont en forme d’arceau, surmonté de deux niveaux. Le projet ambitieux et initial du monastère Saint-Maur subit néanmoins plusieurs mésaventures, freinant et modifiant son achèvement.

En 1717, le monastère est en partie achevé mais en 1726, un important incendie se déclare dans les combles, traversés par le canon de la cheminée du four à pain. Le feu embrase toute la charpente et sa chute entraîne en partie celle de deux étages de dortoirs. Le bâtiment devait contenir 25 travées en façade sud et nord. Finalement, lors des dernières campagnes de construction réalisées en 1747 et 1776, seulement 16 travées sont construites. Au bout de l’aile Ouest du monastère devait se tenir une nouvelle abbatiale, cette dernière ne sera jamais édifiée. 

Le bâtiment est construit dans un style classique. D’une hauteur de 25 mètres et comprenant 5 niveaux, cet ensemble monastique est exclusivement dédié à la vie quotidienne des moines avec cellules individuelles, cuisine, four à pain, cellier salons, bibliothèque ... Pour les offices, les mauristes continuent d’utiliser l’abbatiale du XIIe siècle, leur projet de construction d’une nouvelle église ayant été abandonné.

À la Révolution française, il est vendu comme bien national à Élizabeth Roux-Chatelard. Jugeant l’édifice trop ostentatoire pour des moines, il est dépouillé de sa toiture et de sa charpente. Il est ensuite divisé en plusieurs parcelles vendues à une vingtaine de propriétaires. Il sert ensuite de carrière de pierre pendant de nombreuses années.

Le monastère est classé au titre des Monuments Historiques en 1921 alors que la partie médiévale est classée en 1840.

Le bâtiment est laissé à l’abandon, son classement va permettre d’engager des travaux de consolidation et de dégagement. Toutefois l’édifice demeure encore fragilisé.

En 2019, une première phase de travaux de réhabilitation et de consolidation permet de rendre le premier niveau accessible aux visiteurs. Ce dernier est ouvert au public en juillet 2020.                                                                                                

 

Le monastère s’organise autour de 5 niveaux :

Niveau 1 

Cet espace, accessible uniquement au nord et à l’est, comportait le cellier, réaménagé en 2000 par Rudy Riciotti, ainsi que la remise. Cette dernière constituait une pièce annexe aux écuries et à la cave. Elle n’a jamais comporté de lieux communs. 

 

Niveau 2 : Étage de service

Accessible depuis l’entrée du pavillon, à l’est du monument. Ce niveau abritait plusieurs espaces destinés à l’intendance. On y retrouve le salon des dames ou encore la boulangerie. Située sur le côté nord du grand pavillon, l’accès à la boulangerie se fait par un couloir ouvrant sur deux pièces, la première servait de grenier à blé et la seconde comprenait le four à pain toujours en place. Cet espace est désormais accessible au public depuis juillet 2020.                                                                                                                                                                                

 

Niveau 3 : Le rez-de-jardin

C’est le niveau principal de la vie des moines. Il comprend plusieurs salons, une cuisine et un réfectoire, ainsi qu’un grand escalier occidental et une porterie. Cet espace s’ouvrait de plein pied sur la terrasse à partir du cloître longitudinal. Ce promenoir longe la terrasse côté sud et remplace l’ancien cloître médiéval. Il sert de lieu de repos.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

 

Niveaux 4 et 5

Les deux derniers niveaux sont dédiés principalement aux cellules des moines. Ces dernières sont meublées modestement avec un lit, un chevet et un oratoire pour prier. Les étages abritaient également plusieurs salons, les chambres d’hôtellerie et les pièces de travail comme les archives ou la bibliothèque.

Le niveau 4 comprenait alors les cellules des moines “confirmés” également appelés “les profès”. L’étage comprenait 44 chambres dont 28 en façade Sud et 16 en façade Nord. Les chambres ont été réalisées qu’en partie car certaines d’entre elles ont servi de salle de classe ou de salle des archives.

Au niveau 5, on retrouvait les cellules des moines novices et également d’autres pièces utilitaires.                                                                                                                                                                                                                                                                                       

MenuFermer le menu