Les graffitis marins de Montmajour

Découvert en 1993, ces traces éphémères font parties de l'histoire de l'abbaye.

Le graffiti : un acte vital et ancestral

Longtemps le graffiti à une connotation péjorative.  Pour les uns, il désigne un gribouillis, pour d’autres, il est l’œuvre de vandales, d’opposants. Ainsi, leur préservation est très tardive.  Son étude est d’une grande importance pour l’histoire et l’archéologie.

Le graffiti témoigne de l’occupation d’un lieu par des hommes, de ses occupations, de ses croyances et de son mode de vie. Le graffiti est un phénomène que l’on retrouve à travers toutes les époques. Il est aujourd’hui considéré comme source documentaire à part entière au même titre que l’écrit.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Mise en lumière des graffitis marins de l'abbaye.

L’existence de graffitis marins n’est pas rare dans les monuments situés à proximité des sites maritimes ou fluviaux. Souvent, comme cela est le cas à l’abbaye de Montmajour, ces témoignages gravés restent oubliés pendant des siècles. L’attention des archéologues, historiens, architectes s’était focalisée sur la compréhension de son histoire, de son architecture, de ses ornements sculptés.

Ce n’est qu’en 1993, que l’archéologue Albert Illouze, spécialiste d’archéologie navale, découvre à l’abbaye une importante série de graffitis médiévaux du XIIème siècle, à caractère nautique pour la plupart. La majeure partie de ces graffitis se concentre sur le mur-ouest du cloître.

La série des graffitis du mur ouest du cloître est de toute importance tant par son nombre (on compte 25 navires) que par sa qualité d’exécution. Cela démontre que l’auteur a une grande connaissance du milieu marin. La finesse des traits et l’usure du temps les rendent difficilement lisibles. La majorité des représentations se situe à hauteur d’homme. Ils ont sûrement été réalisées par un seul artiste ; en effet les coques sont superposables entre elles et ont des dimensions similaires. Ces graffitis marins du XIIème-XIIIème siècle sont d’une rareté exceptionnelle.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

Rappel historique

A partir du XIIème siècle, la Méditerranée redevient le cœur du monde, une mer traversée par de nombreuses routes commerciales.  A cette époque, l’abbaye de Montmajour est un centre de la spiritualité chrétienne très puissant. Elle domine une plaine de marécages et se situe à 4km du port fluvial et maritime d’Arles. Il faut noter que l’abbaye est placée sous les protections de la Vierge, de Saint Antoine, de Saint Pierre, gardiens des marins. Le prestige lié à sa position, et la présence de reliques fait de ce lieu un important centre de pèlerinage visité. A l’époque médiévale dans la pensée chrétienne le navire a une valeur symbolique très importante, il représente le monde terrestre confronté au mal. Il était alors normal d’invoquer certains saints et de les remercier pour la protection des équipages.

La datation de la construction du mur ouest du cloître ainsi que certains éléments techniques représentés ont permis aux chercheurs de dater les graffitis navals à la fin du XIIème – début XIIIème siècle. Les graffitis historiques retrouvés à Montmajour constituent également un excellent document historique pour la connaissance de l’architecture navale du XIIème siècle.                                                                                                                                                                                                                                                                                             

 

Une ou plusieurs significations.

Les fonctions des graffitis du cloître de Montmajour restent quelque peu énigmatiques, ainsi plusieurs hypothèses s’offrent aux chercheurs : Ex-voto? Témoignage d’un événement particulier ? Exutoire ?

La première est une fonction de témoignage historique, l’illustration d’un événement contemporain de grande importance ; ils retraceraient un événement particulier qui aurait eu lieu non loin de l’abbaye : un pèlerinage, l’arrivée d’un grand personnage dans la région arlésienne qui était toujours accompagnée de festivités plus ou moins importantes en fonction  du personnage.

La deuxième fonction est celle d’un ex-voto. Les ex-voto sont des objets offerts par les fidèles en action de grâce aux saints. Ils évoquent généralement le danger dont on a été sauvé. Ainsi, les graffitis marins peuvent être considérés comme l’ex-voto du pauvre. Les graffitis sont une expression de la foi au même titre que les représentations peintes. Ici, en quelques traits figuratifs l’auteur donne une fonction votive à son graffiti, il remercie la vierge ou  Saint Pierre pour avoir probablement échappé à un naufrage. En revanche, si le graffiti a été réalisé avant le départ c’est une demande de protection.

La troisième fonction sert d’exutoire. Son auteur cherche à s’évader d’un lieu d’isolement et à oublier la précarité de sa vie terrestre.